Share |

Sidi Bou Said : Grabuge à la Municipalité

 

Sidi Bou Said : Grabuge à la Municipalité

 

Ce Samedi quelques dizaines de personnes se sont présentées à la municipalité de Sidi Bou Said pour essayer de prendre le pouvoir de force. Ces personnes se disent appartenir à la Commission de Protection de la Révolution et accusent le conseil municipal de mauvaise gestion.

Etonnés, les habitants de sidi bou said se renseignent un peu plus et voici ce qu’il en ressort :

  • la commission de Protection de la Révolution semble avoir fait circuler une pétition accusant le conseil de mauvaise gestion (lire cette pétition). Curieux de savoir qui a signé cette pétition, quelques habitants de Sidi Bou Said ont été contacté. Or, il s’avère que personne n’a entendu parler de cette pétition. D’autant plus que les griefs qui sont imputés au conseil municipal en poste n’ont aucun fondement et aucune accusation n’est vérifié, ni vérifiable.
  • la commission de Protection de la Révolution présente un document qui dit renvoyer le conseil municpal en place et qui stipule qu’un nouveau conseil a été choisi. Vous pouvez lire le document en question. Sept personnes semblent avoit été choisies pour être au conseil municipal. Or il semble que certaines d’entres elles ne sont même pas au courant de ce choix et nous osons croire que certaines autres ont été manipulés par ce comité.
  • Très vite, circule sur internet une vidéo de cette manifestation. Curieusement, cette vidéo a une orgine assez louche.  Cette vidéo a été postée par une page facebook dénommée « Le Stade Politique » (https://www.facebook.com/Stade.politiques). Cette page soutient le prédicateur Ghenim et condamne le courrier émanant du ministère de l’intérieur et dans lequel le ministère refuse de donner au prédicateur l’autorisation d’effectuer son prêche dans la mosquée de Kairouan.

Contacté, le Maire de Sidi Bou Said nous informe qu’il va porter plainte pour intrusion et vol de document. Il nous informe que tous les employés de la municipalité sont scandalisés par le comportement de ce comité de protection de la révolution.

Il est surprenant que ces Comités de Protection de la Révolution soient encore actifs. Et que, sous prestexte de sauvegarder la révolution, ils s’accordent des droits et agissent de façon anti-démocratique.

Il est surprenant, alors que la Tunisie a un gouvernement sorti des urnes et que les institutions s’organisent et essayent de se démocratiser, de voir de tels agissements.

Il est surprenant également, de voir que de tels comportements soient médiatisés par une mouvance politique non reconnue par l’état tunisien pour son refus du concept de république. Cette mouvance politique, qui ne reconnait pas la démocratie, voudrait-elle déstabilisé le pays et créer le chaos ?

Contenu Correspondant