Peillon compare le sort des musulmans français à celui des juifs sous Vichy

Le candidat à la primaire de la gauche a dressé un parallèle entre l’antisémitisme et l’islamophobie, accusant le Front national d’instrumentaliser la laïcité « contre certaines catégories de population » comme « il y a 40 ans les juifs à qui on mettait des étoiles jaunes ».

Invité mardi soir de «L’Entretien politique» de France 2, le candidat à la primaire de la gauche Vincent Peillon s’est livré à une comparaison hasardeuse, en faisant un parallèle entre le sort des musulmans français et celui des juifs sous le régime de Vichy, tout en dénonçant le «fascisme rampant» de Marine Le Pen. «Certains veulent utiliser la laïcité – ça déjà été fait dans le passé – contre certaines catégories de population, c’était-il y a 40 ans les juifs à qui on mettait des étoiles jaunes. C’est aujourd’hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans qu’on amalgame souvent avec les islamistes radicaux. C’est intolérable», a-t-il déclaré.

L’ancien ministre de l’Éducation, pourtant agrégé d’histoire, commet une erreur de dates, puisqu’il y a quarante ans, nous étions en 1977 et que sous le mandat de Valéry Giscard d’Estaing aucun juif ne portait l’étoile jaune. Peillon voulait sans doute dire «en 40», sous le régime de Vichy.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle comparaison est faite à gauche. Dans son livre Pour les musulmans, le patron de Mediapart Edwy Plenel se faisait l’écho d’un texte de Zola «Pour les juifs», paru en 1896, dressant un parallèle entre l’islamophobie actuelle et l’antisémitisme. Au moment des régionales de 2015, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis s’était hasardé au même rapprochement, déclarant: «Le FN, c’est le retour de Vichy». «Il y a la même volonté de stigmatisation. Sous Vichy, c’étaient les juifs, maintenant ce sont les musulmans», avait-il affirmé.

«Attaque très grave contre la laïcité»

Lui-même issu d’une famille juive alsacienne, Vincent Peillon est accusé par certains d’électoralisme, voulant séduire l’électorat musulman en utilisant les repoussoirs que constituent, pour certains à gauche, Manuel Valls et le FN. Lui qui fut l’artisan de la charte de la laïcité en 2013, que le CFCM avait jugé «stigmatisante» pour les musulmans, se veut désormais le chantre d’une laïcité qui n’attaque pas les religions et qui ne soit pas «intolérante». «Est-ce que la laïcité est l’organisation de la liberté de conscience pour chacun, la liberté de ne pas croire, c’est mon cas, ou de croire? Ou est-ce que c’est une orthodoxie à rebours qui aurait des dogmes, marquerait une forme d’intolérance et, faisons très attention, désignerait certaines populations?» avait-il déclaré le 16 décembre dernier sur BFMTV.

Sa sortie a suscité la colère aussi bien à gauche qu’à droite et jusqu’au FN. Le vice-président du parti Florian Philippot s’est scandalisé d’une «attaque très grave contre la laïcité». La journaliste Caroline Fourest s’est interrogée sur le lien «entre laïcité et étoile jaune».

Étiquettes

Commentaires

Member for

47 années 1 mois
Permalien

on ne peut pas faire confiance en une personne qui mélange tout, qui se trompe de période entre 40 ans et 1940 c'est juste affolant, dehors peillon, juif alscacien, j'en pleur de rage!!!!

Member for

47 années 1 mois
Permalien

Ce "brave" Peillon a perdu une occasion de fermer son clapet, d'autant qu'il est mal placé pour faire cette "comparaison", lui, le prétendu "juif" (qui est totalement "assimilé", le pauvre...

Qu'il la ferme et qu'il oublie tout "rêve" d'être élu!

Français