Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

Articles

Guy Sitbon: Mohamed Ben Smail, celui qui ne voulais jamais quitter la Tunisie

Ce devait être l’été 1954, j’avais vingt ans. Ce devait être Rue El Djazira, ou une autre, je ne sais plus, en tout cas dans les parages. Ce devait être au premier étage, ou au second, les souvenirs se fondent. Je vous parle d’un temps à quelque chose comme soixante ans d’aujourd’hui, si vous voyez ce que je veux dire. Mes contemporains, et même Ben Smaïl, ont tous, paraît-il, pris pas mal de bouteille.

Boulogne-Billancourt : la « cool kitchen » de Yoni Saada

Yoni Saada ? On l’avait découvert jadis, au 31 avenue de Versailles, à l’enseigne de Miniatures (devenu Comice). Ce fils et fils petit-fils de boucher du Marais, formé à l’école Ferrandi, passé au Pré Catelan et au Meurice, mais aussi aux Bookinistes, du temps de William Ledeuil, avait créé avec Osmose, le « gastro casher » du 16e.

L’Extrémisme Fanatique Entraîne le Mal Par Albert Soued

D’après la tradition juive, le Bien est à portée de main et le Mal est tapi à la porte. Que cela soit une pensée intransigeante ou un dogme, une parole injurieuse ou la calomnie, un sentiment hostile ou la haine, une attitude doctrinaire ou le fanatisme, les conséquences sont fatalement le Mal, quelle que soit la forme qu’il prend.

Une vision du végétarisme et de la paix, par Abraham Isaac Kook

Ce grand talmudiste et kabbaliste, qui n’a pas eu le bonheur de connaître l’État juif indépendant qu’il appelait de ses vœux, aura été un grand décisionnaire. Ses écrits sont peu connus en France. C’est pourquoi la publication de ce petit ouvrage du maître sur la vision juive du régime alimentaire végétarien, assorti de nombreux commentaires, est une excellente nouvelle.

La bousculade de Meron en Israel - Par Richard Prasquier

La mort par asphyxie est une des plus terribles. Le mot inoffensif de bousculade est trompeur, comme le terme anglais de stampede qui suggère que dans un mouvement de panique on marche les uns sur les autres. Il existe une physique des mouvements de foule, et ses conclusions sont sans appel. Les gens ne meurent pas parce qu’ils ont paniqué, ils paniquent parce qu’ils sont en train de mourir.