Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

HISTOIRE

ZaHor .... Rappelons-nous ... Le 16 juillet 1942 est un jour sombre, un jour de deuil

La rafle du Vel' d'Hiv' a commencé à l'aube, elle qui, avec le concours de 7 000 membres de la police et de la gendarmerie françaises, placés sous la haute autorité de René Bousquet, le secrétaire général de la police du régime de Vichy, a conduit à l'arrestation, suivie de la déportation, de 13 152 juifs, étrangers ou apatrides, âgés de 2 à 60 ans, dont 4 115 enfants, tous résidant à Paris ou dans sa proche banlieue.

Bourguiba et les juifs tunisiens

Fidèle à son nationalisme à fondement juridico-territorial, le leader nationaliste s’est attache à distinguer nettement la situation de la communauté juive en Tunisie de la question israélo-arabe, qui prend pourtant de plus en plus d’ampleur sur la scène internationale, à la suite du plan de partage de la Palestine en novembre 1947 et de la guerre de 1948.

Ammar Mahjoubi: Aux origines de Tunis, l’antique Tynès

Très peu de villes du territoire punique sont nommément citées dans les textes anciens, et on ignore encore où certaines d’entre elles sont situées, malgré les progrès des recherches archéologiques. La cité de Tynès, par contre, est évoquée à maintes reprises, et Polybe la localise au voisinage du lac qui jouxte la métropole punique

Le Bey de Tunis signe l'accord Franco-Tunisien (1955)

Marginalisé par les représentants du Néo-Destour qui lui reprochent d’avoir accepté des réformes en 1954 alors que de nombreux militants nationalistes dont Habib Bourguiba sont toujours emprisonnés, Lamine Bey ne prend pas part aux négociations pour l’autonomie interne qu’il ratifie en 1955, ni à celles pour l’indépendance du pays obtenue en 1956.

Étiquettes