Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

LITTERATURE

David Teboul, le confident de Simone Veil

L’irruption de Simone Veil dans sa vie lui permet une forme de réparation, de consolation… mais aussi de faire la jonction entre le tiraillement adolescent, qui le fait à la fois admirer les figures de Raymond Aron ou Jacques Derrida, et son désir d’être cinéaste, d’être «connu et reconnu» en s’intéressant à la vie des autres.

Les Juifs au Maghreb à travers leurs chanteurs et musiciens aux XIXe et XXe siècles, par Alain Chaoulli

Si la déclinaison de très nombreux termes techniques : malouf, nouba, sanaa, msaddar, dardj, btâybi, inçirâf, khlas, hawzi, aroubi, melboun, chaabi, matrouz et tutti quanti, est parfois fastidieuse, la partie la plus intéressante de ce livre est constituée par les biographies des artistes qui ont fait la musique et la chanson juives du Maghreb.

Paris-Tunis-Kairouan, par Danielle David-Setbon

Venue en Tunisie « à la rencontre de cette situation inédite de la première révolution dans le monde arabe qui a renversé en un mois une dictature de vingt-trois ans », Danielle David va y rencontrer son passé : la voici projetée plus de quarante années en arrière, l’année de ses 18 ans, la dernière qu’elle aura passé dans sa Tunisie natale. 

LA CRÉATION DE L'ETAT D’ISRAËL, D'ANDRÉ CHOURAQUI

Intitulée dans un premier temps, en 1948, « La création des Etats palestiniens », cette thèse, publiée sous le titre plus conforme à ce que l’Histoire a finalement choisi, « La création de l’Etat d’Israël », apporte un éclairage irremplaçable sur les étapes qui, au fil des ans, a permis ce véritable miracle qu’aura été la renaissance d’un Etat juif en terre d’Israël.

#MeToo, Tunisia, 1937

Rape is a lived experience for the protagonist in “Ninette of Sin Street,” a novella originally written in French and published in Sfax, Tunisia, in 1937 and recently republished in English. The story is told in a series of monologues by Ninette, who describes her life frankly — although not without difficulty and shame — to the principal of her son’s school.