Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

LITTERATURE

Juifs au Maghreb, mélanges à la mémoire de Jacques Taïeb, par Ariel Danan et Claude Nataf

Spécialiste du judaïsme maghrébin dans lequel il est né, Jacques Taïeb (1932-2011) a consacré de nombreux travaux à mieux faire connaître la destinée de ces communautés, prises dans la tourmente de l’Histoire, balancées entre les langues et les appartenances sociales et politiques, et qui contribuèrent largement à dessiner les contours d’une méditerranée plurielle, balayée par les grands exodes qui ont suivi les décolonisations.

Les Juifs au Maghreb à travers leurs chanteurs et musiciens aux XIXe et XXe siècles, par Alain Chaoulli

Si la déclinaison de très nombreux termes techniques : malouf, nouba, sanaa, msaddar, dardj, btâybi, inçirâf, khlas, hawzi, aroubi, melboun, chaabi, matrouz et tutti quanti, est parfois fastidieuse, la partie la plus intéressante de ce livre est constituée par les biographies des artistes qui ont fait la musique et la chanson juives du Maghreb.

Là où nous sommes chez nous. L’histoire de ma famille éparpillée, par Maxim Leo

Il fut un temps où les Juifs allemands vivaient bien intégrés dans un pays dont ils avaient volontiers adopté les valeurs, occupant souvent des postes importants dans tous les domaines de la vie politique, économique et culturelle.. La folie hitlérienne, on le sait, a bouleversé cet ordre pourtant bien établi au prix tragique de millions de vies sacrifiées.

Emission consacrée à horizon perdu de Béatrice Halpern Boukris, par Monique Naccache

Née en 1956, d’un père déporté à Auschwitz et d’une mère impliquée dans la résistance, Béatrice Halpern Boukris porte en elle les stigmates de l’époque. Un escalier, une lumière clignotante, une valise lourde… La valise de l’auteure nous emmène dans d’autres lieux, d’autres instants, nous laissant deviner les fantômes de sa mémoire .

Le Droit à la différence. L’universalisme français et les juifs

En France, pour être pleinement citoyens, les individus doivent cantonner leurs particularismes à la sphère privée. Voilà une idée commune du modèle républicain, partagée tant par les pourfendeurs de l’universalisme français que par ses plus ardents promoteurs. Mais cet universalisme est-il foncièrement un assimilationnisme radical ?