Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

SOUVENIRS

Sous le signe du scorpion, par Yvan Boccara

UN JOUR , Noam , mon père m’a raconté l’histoire d’un homme qui avait été invité à dîner chez un fellah ( c’est comme un paysan, sauf qu’il porte la djellaba, le sarouel et qu’il ne se sent pas ridicule de se promener avec une serviette torsadée sur la tête pour se protéger du soleil). C’était dans le bled, en Tunisie du côté de Béja ; Béja c’est la ville où est né mon père.

Emission consacrée au Kef dans le cadre de "balades en mémoire".

Ma ville natale LE KEF , est le sujet de mon émission de cette semaine, enregistrée dans le cadre de l'atelier "BALADES EN MEMOIRE" , que j'anime dans le cadre de Qualita. Le KEF, est à 170 kms de Tunis, la capitale, et abrite la GHRIBA , qui nous réunissait lors de son pèlerinage. Les keffois restent trés attachés à leur ville natale et aiment en parler, la preuve vous en est donnée aujourd'hui.

Paul Sebag, la mémoire de Tunis - Par Claude Sitbon

Paul Sebag n’est plus depuis le 5 septembre 2004. C’est une perte pour la Tunisie, dont il fut l’un des brillants historiens, et pour la communauté juive, dont il fut l’un des chantres. Né à Tunis le 26 septembre 1919, Paul était un homme au sourire malicieux, dont l’étendue des connaissances n’avait d’égale que la splendeur de sa bibliothèque.

La déchirure - Par Béatrice Slama

Dans ce Tunis, il y avait une coexistence plurielle de communautés, de groupes: Tunisiens musulmans et juifs, Italiens, Français, Maltais, qui se croisaient dans les rues, se rencontraient dans les salles de classe, sur les lieux de travail, à la poste, au marché central, dans les boutiques des souks, au théâtre municipal, à Halfaouine pendant les nuits de Ramadan, ou plus tard, lors des soirées de malouf sur les marches du café de Sidi Bou Saïd.