Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

LES CIMETIERES ISRAELITES DE TUNIS, de l’Avenue de Londres au Borgel par Albert MAAREK et Marc FELLOUS

Ce Cimetière se présentait sous la forme d’un immense quadrilatère de 65 000 m² , situé au centre-ville de Tunis ; il était divisé entre partie « grana » et partie « touansa » et on y venait régulièrement honorer les tombes de Grands Rabbins célèbres. La tradition rapporte qu’il avait été acheté en plusieurs lots, au cours des siècles, par la Communauté israélite de la capitale.

Bennett : Israël est à nous parce que c'est la patrie des Juifs, et non à cause de l'Holocauste

80 ans après la conférence de Wannsee, le Premier ministre déclare qu'un État « fort, sûr, indépendant, prospère, diversifié, libre et uni » est nécessaire pour « assurer l'existence du peuple juif » Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré vendredi que l'existence d'Israël n'est pas due à l'Holocauste mais au fait que c'est l'ancienne patrie du peuple juif.

La résolution américaine à l’épreuve, par David Bensoussan

L’imprévisibilité des décisions du président Trump, sa gestion indigeste de la pandémie, la transition de sa présidence dans des conditions d’anarchie impensables, le retrait précipité et désordonné d’Afghanistan sous Biden ainsi que la faiblesse relative du bloc démocrate au Congrès ont causé un grand préjudice à l’image de l’Amérique.

Conférence de Wannsee : il y a 80 ans, les nazis planifiaient la Solution finale

Le 20 janvier 1942, quinze hauts fonctionnaires du parti nazi et de l’administration allemande se réunissent dans une villa près de Berlin. Connue sous le nom de conférence de Wannsee, cette réunion ne fixe pas la décision de l’assassinat de masse des juifs, car elle a déjà été prise, mais envisage pour la première fois leur sort à l’échelle continentale.

Exposition : les mille et une vies des Juifs d’Orient

Dès la première salle, on oublie la polémique, pris par la grâce. L’exposition « Juifs d’Orient », qui se tient à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 13 mars, a fait parler d’elle ces dernières semaines, attaquée par des intellectuels et anciens responsables politiques arabes. Au motif que parmi les 300 œuvres exposées, six ont été prêtées par le musée d’Israël à Jérusalem.

Seuls dans l’Arche ? Israël, laboratoire du monde, par Pierre Lurçat

Le monde se retrouve aujourd’hui dans une sorte d’Arche de Noé. Dès lors, on peut se demander : « La crise actuelle, qui affecte chacun de nos actes quotidiens les plus élémentaires, n’est-elle pas ainsi une ‘revanche’ inattendue de la vieille pensée anthropocentrique de Jérusalem sur la vision cosmocentrique, issue des Grecs et de la science moderne, dont le triomphe a été annoncé trop hâtivement ? »