Journée de la mémoire des génocides: Hommage au boxeur Young Perez et aux "justes" tunisiens

Journée de la mémoire des génocides: Hommage au boxeur Young Perez et aux "justes" tunisiens

 

Tunis, 27 janv (TAP)-A l’occasion de la journée internationale de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’Humanité, commémorée chaque année par les Nations Unis le 27 janvier, l’Association Méditerranéenne pour la Pédagogie et la Citoyenneté (AMPC) a organisée, vendredi, à Tunis, une projection débat en l'honneur des "justes" tunisiens qui ont sauvé des juifs pendant l’occupation Nazi, en plus d’un hommage rendu à la mémoire du boxeur tunisien Young Perez, champion du monde par KO- catégorie Poids Plume en 1931.

 

Coréalisé par Bill Cran et Karin Davison, le documentaire « Le Maghreb sous la croix gammée » part à la recherche des "Justes" de l’Afrique du Nord (Tunisie, Maroc et Algérie), ces maghrébins qui ont décidé de sauver leurs compatriotes juifs et ceci au détriment de leur vie. Grâce aux témoignages, le public découvre Abdeljalil Hamza propriétaire d’un Hammam dans la médina de Tunis, Ali Sakkat homme politique tunisien de Zaghouan ou Khaled Abdelwaheb (fils de l’historien tunisien de Hassan Hosni Abdelwaheb),  des tunisiens dont le point commun est d’avoir sauvé des juifs tunisiens au cours de l’occupation de la Tunisie par les Nazis (1942-1943).  

 

En plus du film, une production radiophonique signée la Radio Nationale Tunisienne autour de la vie et des exploits du plus jeune champion du monde par KO a été projeté lors de cette manifestation. Diffusé le 26 mai 2016 dans l’émission « les réformateurs du pays » (Sollah al Blad), l’émission raconte les exploits de ce jeune tunisien passionné de boxe né dans le quartier populaire d’el Hafsia le 18 octobre 1911 et mort le 22 janvier 1945  dans le camp Auschwitz, 5 jours  avant la libération du camp par l’armée rouge le 27 janvier 1945.

 

A cette occasion, la présidente de l’association AMPC, Lylya Maâtallah a mis l’accent sur l’importance des sessions de formation autour de l’histoire de la Tunisie pendant l’occupation Nazi, ajoutant que l’analyse de la propagande médiatique du nazisme et du fascisme apporte des éléments de réponses pour mieux saisir le mécanisme de la manipulation et de la normalisation de la haine de tout état autoritaire ou groupe extrémiste.

 

De son côté, le professeur des Universités en Histoire contemporaine–Laboratoire du Patrimoine, Habib Kazdaghli a souligné l’importance de valoriser tous les héros tunisiens qui ont construit la Tunisie plurielle, à l’intar de Young Perez, ou des tunisiens anonymes qui ont sauvé des familles juives tunisiennes au cours de l’occupation Nazi en Tunisie.

 

Il a, en ce sens, appelé le ministère de la jeunesse et des sports à rendre hommage au boxeur tunisien Young Perez et à dresser une plaque en sa mémoire à l’endroit où se trouvait l'ancien terrain portant son nom qui a été remplacé par l'actuelle Cité olympique d’El Menzeh. 

 

« Young Perez symbolise la Tunisie dans sa diversité et dans sa richesse, nous devons être des porteurs de mémoire et ne pas laisser les autres pays s’approprier son exploit et notre Histoire » a-t-il insisté.

 

Hanène Chaâbane// agence TAP

Commentaires

Member for

48 années 4 mois
Permalien

Et pourquoi oublier le sort terrible  du pere et fils Scemla si bien decrit dans "Lettre a mon fils"

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour verifier que vous etes une personne et non une machine et ce, pour empecher tout envoi de spam
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Français