VIVRE EN ISRAËL

VIVRE EN ISRAËL, par Bernard Levert

Plusieurs de mes amis me demandent de traiter le sujet des familles qui, après avoir entrepris leur Alya, quittent Israel.

Je n’ai pas le nez collé sur les statistiques pour évaluer de façon certaine, si 50 ou 100 familles ont quitté le pays.

Néanmoins, quand il m’arrive de passer à Netanya, à Tel Aviv ou à Ashdod, j’ai toujours autant de mal à trouver une table au café ou au restaurant.

Ça parle toujours aussi fort et l’ambiance est loin de retomber.

Mais puisque la chose m’est demandée, je vais développer.

En premier lieu, je prétends depuis toujours, qu’on ne réussit une Alya qu’à la seule et unique condition d’être connecté à ACHEM.

Dire être connecté à ACHEM ne fait pas de moi un extra-terrestre.

Être connecté c’est de dire qu’on a atteint le but de sa vie.

C’est avoir atteint le lieu de la promesse.

Pour l’accepter, il faut se remémorer les étapes de notre vie, remonter à nos parents et si possible plus haut encore.

Il est vrai qu’un euro qui passe de

5 puis 4 et maintenant 3,3. ne facilite la vie de personne.

Mais difficile ne veut pas dire invivable.

Bien sûr que nous avons du mal à remplir nos filets à provisions.

Bien sûr que nous recherchons les endroits les moins chers.

Mais Israël invivable: non.

Sans doute que nous n’irons plus passer Shabbat à l’hôtel.

Sans doute que les séjours à la mer morte, à Tibériade ou à Eilat seront moins fréquents.

Mais que voulez-vous?

Nous avons grandi dans l’espoir d’être un jour regroupés sur cette terre.

Il y a 75 ans, des familles entières sont venues ici!

Elles ont affronté les pires dangers.

Et nous allons nous plaindre de la qualité de nos tomates?

D’aucuns vont s’imaginer que je suis à la tête d’une fortune.

Pas le moins du monde!

Nous sommes tous, logés à la même enseigne.

Ma grande inquiétude serait plutôt dirigée vers ceux qui aimeraient passer le cap, mais ne peuvent pas.

Car le sionisme, c’est avant tout, prendre en charge et aider tout juif à rejoindre sa terre.

Il est urgent de rétabli tout ce qui semble bancal.

Les petits tracas ne deviennent de gros soucis que, lorsqu’on se complaît à les amplifier.

Ne soyons pas les émules des explorateurs.

suivons l’exemple de Josue et Caleb.

Que nous soyons inscrits dans le livre de la vie.

Bernard Levert

Commentaires

Member for

52 années 11 mois
Permalien

Tout ce qui a été dit est juste. Il y a surtout un autre élément a prendre en compte. C'est la raison pour laquelle on fait son Alya. Si on la vie qu'on souhaite en France où ailleur, on ne penserait jamais a faire son Alya. Notre génération, comme presque chaque génération a connu l'exil d'un endroit à l'autre. L'Alya c'est encore un nouveau départ. 

Si c'est pour la plage, laissez tomber. En faisant notre Alya on boucle une boucle ouverte depuis 2000 ans. Allons nous maintenant nous plaindre que la route de Jérusalem est très chargée?

Israël est le seul pays des Juifs. En y venant on cesse d'être un Juif pour devenir un Hébreu. Un homme avec une nation, une terre, une armée, une langue... Tout ce que nos parents ont espèré pendant des siècles. Tout ce que la Torah demande en réalité.

Puisque ça a commencé avec Hachem, une petite conclusion aussi. D. dit a Abraham: Quitte ta terre de naissance, ta maison, tout pour aller sur la terre (traduction traditionnelle) que je te montrerai: אֶל־הָאָ֖רֶץ אֲשֶׁ֥ר אַרְאֶֽךָּ:

Une meilleur compréhension de ces mots est: Où je te montrerais. אשר אראך.

C'est le seul endroit du monde où on est vus et bien, sans raser les murs, sans honte.

N'ayez pas peur.

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour verifier que vous etes une personne et non une machine et ce, pour empecher tout envoi de spam
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Français