Nicolas Bedos et son humour douteux

Nicolas Bedos et son humour douteux

 

Soutien total à Bernard Abouaf et à radio shalom vs. Nicolas Bedos. L’humour ne permet, ni n’excuse tout.

Nicolas Bedos a tweeté :

« Certains soirs, quand tu n’aimes pas le foot, tu comprends mieux ce que ressent un Palestinien en week-end à Deauville. »

Cette comparaisons vaseuse, hors contexte et déplacée véhicule un tissu d’amalgames et de préjugés contre les Juifs, les Israéliens et les Palestiniens, se doit d'être relevée et condamnée. C'est ce qu'a fait Bernard Abouaf sur la page de radio Shalom.

Nicolas Bedos s'en est alors pris directement à lui, sans renier ou s'excuser de son trait "d'humour" totalement déplacé. Il l'a au contraire défendu en insistant puis en menaçant Bernard, il est sorti du champ de l’humour pour tomber dans celui de ceux dont il veut se distancer.

MISE AU POINT : le tweet de Nicolas Bedos publié et dénoncé hier par Radio Shalom n'est pas un fake. Nicolas Bedos m'a joint personnellement, 2 ou 3 heures après notre publication, en utilisant la messagerie privée de son compte officiel sur un autre réseau social. Il m'a insulté, m'a menacé, a fait pression sur moi pour que je retire ma critique mais il ne renie rien de ce qu'il présente comme une vanne sortie de son contexte.

1- il est évident que je n'ai rien sorti de son contexte puisqu'un tweet est un tweet avec un début et une fin : ce n'est pas une phrase au milieu d'un sketch.

2- il me rappelle, à juste titre, son extraordinaire chronique contre Dieudonné qui nous a tous scotchés et qui, dit-il, lui a valu des menaces de mort pendant 1 an.

3- je l'ai invité à Radio Shalom pour qu'il vienne en parler et il a refusé en m'abreuvant de nouveau d'injures.

4- Je répète que je suis contre toute censure des humoristes. Je ne l'ai pas traité, lui, en tant qu'homme, d'antisémite. J'ai expliqué que son tweet évoquait immanquablement l'antisémitisme. C'est peut être une vanne ratée, par exemple, ou maladroite mais le résultat rappelle clairement l'antisémitisme le plus crasse et le plus bête.

Pour ma part, j'ai exercé mon droit de citoyen libre et mon métier de journaliste.

 

Bernard Abouaf

Commentaires

Member for

10 années 1 mois
Permalien

Tout d’abord je vous sais gré de m’avoir interpellé sur un ton bien moins agressif que certains qui, planqués derrière leur pseudonyme et aveuglés par la haine, ne m’ont épargné aucune insulte, aucune menace physique, allant jusqu’à vouer aux enfers le père que je viens d’enterrer. 

 
Les leçons de morales dont vous me gratifiez, les portes ouvertes que vous enfoncez à partir de l’interprétation que vous faites de mes quinze mots, vous avez la politesse de le faire sur un ton très courtois, non sans une petite touche de paternalisme qui, provenant d’un homme, serait parfaitement insupportable. 
 
Je me permettrai tout de même de vous préciser que rien ne nous autorise, ni vous ni moi, à statuer sur ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas. Vous avez le droit de ne pas en rire, de vous désabonner de mon compte Instagram (cette petite récréation dont je profite entre deux tournages ou deux sessions d’écriture, ce petit jardin public de foutaises qui me permet de garder joyeusement le contact avec ceux qui goûtaient au style de mes chroniques), bref, vous avez largement le droit de soupirer devant une vanne qui vous semble foireuse (ce n’est pas ma meilleure !), mais, de grâce, ne prenez pas de haut ceux - nombreux - qu’elle a fait sourire. 
 
Je doute d’ailleurs que vous l’ayez lue dans le contexte de mes publications régulières. Vous sauriez que des petites impertinences comme celles-ci, j’en balance sur les profs, les flics, les pharmaciennes, les bretons d’origine espagnole, les arabes astigmates aussi bien que sur les lesbiennes hypermétropes et les danseurs cul de jatte protestants. 
 
Car la seule communauté à laquelle je revendique d’appartenir, c’est celle qui pratique et défend l’humour libre. Sur tous les fronts. Devant toutes les chapelles. Celle qui pleure encore nos amis de Charlie Hebdo tombés sous les balles de ceux qui, déjà, ne toléraient pas la caricature. Et la satire. Car, ne vous en déplaise, il s’agit bel et bien de ça. 
 
Une caricature, c’est par essence quelque chose d’erroné, d’excessif, parfois même d’absurde. On peut décider de l’interdire, de même qu’on peut décider de cesser de rire de nos défauts, de nos clichés, de nos religions ou de notre actualité politique. Au nom des millions de morts que le racisme, l’intolérance et l’intégrisme religieux ont engendré, on peut décréter qu’il n’est plus temps de rire. Libre à vous d’estimer qu’il y a des caricatures à censurer ou à blâmer, mais libre à nous de penser qu’au contraire, elles permettent justement de mettre un peu à distance la gravité du monde qui est le nôtre et d’éviter de refouler sans cesse notre besoin naturel de tourner en dérision nos congenères autant que nous-meme. 
 
En tant que personnage public, j’ai été caricaturé à d’innombrables reprises et ça m’a parfois blessé intimement. Combien de fois n’ai-je pas lu, sur le ton de l’humour, des mensonges ou des clichés qui me faisaient de la peine ? 
 
Et pourtant c’est ainsi, je ne peux refuser aux autres (sous prétexte que cela me concerne et m’irrite) ce que je pratique avec bonheur. 
 
Évidemment que Deauville (où je me rends régulièrement) n’est pas une ville de juifs ! Évidemment, chère Chloé, que tous les juifs ne sont pas pro-israéliens, et encore moins hostiles à tous les Palestiniens. Il est d’ailleurs terrible de voir avec quel absurde esprit de sérieux vous finissez par détricoter une simple vanne reposant, je le répète, sur l’incongruité des clichés ! 
 
Je voulais simplement m’amuser sur ce sentiment de solitude que je ressens parfois devant un match de football, quand la France tout entière semble parler une langue qu’on ne m’a jamais apprise. J’aurais tout aussi bien pu user de l’image d’une vegan au salon de l’agriculture ! Évidemment personne ne serait venu me chercher des poux. Sauf qu’à tort ou à raison, je préfère justement les chemins plus tortueux, ceux dont la drôlerie provient précisément du fait qu’ils grattent à des endroits un peu sensibles. Vous y lisez de l’inconséquence, de la maladresse, voire de la cruauté quand j’y mets, au contraire, tout mon désir enfantin qu’un jour les routes obscures s’éclaircissent à la lumière de nos rires partagés. 
 
À vrai dire, en y repensant, je pense que la tournure la plus piquante eut été d’évoquer la profonde solitude d’un ashkénaze en week-end à deauville ! (Pardon) 
 
Et me voilà contraint d’écouter sagement votre laïus se dérouler sur la base d’une évidente ânerie ! 
 
Votre argument, dés lors, consiste à exprimer votre crainte qu’une « mauvaise blague » soit prise au premier degré par des gens qui 
- soit en souffriraient
- soit se sentiraient encouragés à penser l’amalgame et le cliché.
 
Mais, chère Chloé, voulez-vous vraiment d’un monde où l’humour devrait prendre la mesure des plus paranos d’un côté ou des plus délétères de l’autre ? 
 
Si demain, je filme un personnage de noir alcoolique, me faudra t il envisager l’eventuelle interprétation du débile qui, je ne sais où, en conclura, dés lors, que tous les noirs sont des pochetrons ? 
 
Ce que j’écris et ce que je publie, je le fais pour des gens qui me comprennent et qui me suivent depuis de longues années. J’écris pour l’adolescent que j’étais, celui qui voulait rire de tout et qui ne supportait pas qu’on le prenne pour un con. J’ai des centaines de milliers d’abonnés et ceux-là, qu’ils soient juifs, catholiques, musulmans ou athées, connaissent mes intentions et, pour la plupart, se rappellent les combats que j’ai menés. Ils savent à quel prix je me suis publiquement, à plusieurs reprises, exprimer sur le sujet - prenant des risques personnels en attaquant tres frontalement dieudonné et soral ! Au point d’avoir vécu sous escorte de sécurité pendant 2 mois suite à des menaces de mort provenant de leurs fans qui, eux, pour le coup, n’ont de cesse de transposer le conflit israélo-palestinien sur notre territoire. 
 
Pardonnez mon arrogance (qui ne fait que répondre à la vôtre) mais je n’ai AUCUNE leçon à recevoir en matière d’antiracisme. Et je vous prie, à l’avenir, de m’épargner les poncifs relatifs à une interprétation vicieuse qu’à aucun moment ma petite vanne sur Instagram ne sous-entendait. 
Ne pensez-vous pas que L’antisémitisme est un sujet trop grave pour le galvauder de la sorte ? 
 
Va t’on indéfiniment jouer à ce jeu des petites phrases sorties de leur contexte ? Ergoter sur des sketches ? Des romans ? Des interviews de saltimbanques ? Alors même que des brûlots ouvertement racistes et sectaires se publient dans l’indifférence générale ? 
 
Chassez plutôt sur les terres extrémistes, autour de publications autrement plus nauséabondes et, par pitié, qu’ils vous fassent rire ou non, qu’ils soient plus ou moins inspirés, lâchez donc la grappe aux trublions notoirement antiracistes. 
 
Au plaisir de rire ensemble (de tout, y compris de cet échange étrangement solennel !) 
 
Bien à vous, 
 
Nicolas Bedos 
Français