GRACIA NASI, UNE FEMME SÉFARADE DE LA RENAISSANCE

GRACIA NASI, UNE FEMME SÉFARADE DE LA RENAISSANCE

Gracia Nasi (née en 1510 au Portugal sous le nom de Beatrice de Luna Miques ; décédée en 1569 à Constantinople ) était une femme séfarade de la Renaissance . Elle était commerçante, dirigeait la banque de Casa Mendes-Benveniste (les noms de famille de sa mère et de son oncle, son futur mari) et a également travaillé comme diplomate et philanthrope , et à ce titre, elle est également considérée comme un sauveur de son peuple.

Gracia Nasi est née de riches parents marraniens à l'ombre de l' Inquisition . La famille de son père, Agostino Álvaro Miques de Luna (son nom hébreu était Schmuel Nasi ), et celle de sa mère, Philipa Mendes Benveniste , est venue du royaume d'Aragon et a émigré au Portugal en 1492. Le nom de baptême de Gracia était Beatrice de Luna Miques ; son prénom juif était Hanna Gracia . Sa famille était si influente que le frère de Gracia, Augustine Miques, devint même le médecin personnel du roi portugais.
En 1528, Gracia épousa Francisco Mendes (nom juif Semah Bemvisto ou Benveniste ) dans la cathédrale de Lisbonne . La famille Mendes-Benveniste possédait une grande banque avec des relations avec la France et la Flandre . Après le mariage chrétien, le couple s'est également marié selon le rite juif, y compris la ketubba . Le mariage a donné naissance à une fille en 1532, Ana, qui se faisait appeler Reyna Nasi à l'âge adulte .
Francisco Mendes est mort au milieu de 1536. On ne sait pas si l' Inquisition imposée à Lisbonne en mai 1536 était la cause de sa mort.
La veuve de 27 ans a vendu la propriété de son mari et a déménagé avec plusieurs membres de la famille à Anvers à son frère Diogo Mendes ( Meir Benviste ), qui les a reçus comme membre du personnel de sa banque et la sœur de Gracias Ana s'est mariée. En plus de faire des affaires, Diogo et Gracia se sont occupés du départ clandestin de leurs compatriotes juifs de Lisbonne vers d'autres villes d'Europe en passant des commandes commerciales fictives. Néanmoins, plus d'un millier de Juifs moururent dans l' Autodafé de Lisbonne en 1540.

Après la mort de son beau-frère Diogo (1542), Gracia hérita de la fortune de la famille et se révéla désormais une femme d'affaires indépendante et courageuse. En 1544, elle quitta Anvers sous la pression politique et voyagea à travers l'Europe avec sa fille Ana, sa sœur Brianda et d'autres parents. À partir de 1544, la famille vécut à Venise sur la base d'une charte ( salvacondotto ) du Conseil des Dix .
Là, elle pourrait continuer à gérer sa banque jusqu'à ce que les litiges immobiliers et les procédures judiciaires avec sa sœur Brianda et la République de Venise rendent cela impossible. En 1550, Gracia reçut une charte du duc de Ferrare , où elle se déplaça secrètement pour pratiquer ouvertement la religion juive. Pendant ce temps, elle a mis le nomBeatrice de Luna et ne s'appelait que Gracia Nasi .
Elle a travaillé comme mécène et a commandé la première traduction de la Bible hébraïque en espagnol, la soi-disant Bible de Ferrare , imprimée par Abraham Usque en 1553 .
Deux éditions de la traduction ont été produites: l'une pour les lecteurs chrétiens, l'autre pour les lecteurs juifs.

En 1553, Gracia Nasi et son neveu Joseph Nasi s'installent dans l' Empire ottoman . Sous les sultans Bayezid II , Selim I et Suleyman I , les immigrants juifs se sont vu offrir non seulement l' asile , mais aussi une liberté religieuse étendue et des opportunités de développement économique.
Gracia Nasi a pu continuer le commerce de la famille avec la République de Venise et d'autres pays d'Italie avec des navires marchands construits en leur nom. En vue de l' Inquisition, qui fut exacerbée par Paul IV en 1555, Gracia tenta à nouveau de sauver les juifs opprimés, cette fois de la ville d' Ancône .

En 1558, elle se fit accorder par le sultan Selim II un bail à long terme sur la région de Tibériade, contre la garantie d'une augmentation substantielle de son produit fiscal annuel. Cette partie de la Terre sainte, alors incluse dans la Syrie ottomane, avait été conquise quelques années plus tôt et restait largement dévastée, ce qui laisse à penser que la motivation ne pouvait être l'intérêt. Soliman offrit cette terre à Joseph Nassi en 1561 (ainsi que plusieurs îles grecques), qui devint « seigneur de Tibériade ».

Avec l'aide du sultan et de son neveu, elle commença à reconstruire les villes abandonnées, afin que des réfugiés puissent s'y installer s'ils le souhaitaient. Son objectif était de faire de Tibériade un nouveau foyer majeur de peuplement, de négoce et de formation juif mais son entreprise eut à terme peu de succès auprès de ses coreligionnaires et y fonda une colonie juive avec une maison éducative ( Yeshiva ), qui n'a existé que pendant une courte période.

Un voyageur qui visita la région vers cette époque rapporte le soutien qu'elle avait procuré à la communauté juive de l'endroit, et comment, après sa mort survenue à Istanbul en 1569, celle-ci dut chercher d'autres donateurs

Sa fille épousa... Don Joseph Nassi ce qui, de surcroît, évita la dispersion de la fortune familiale... plus tard, le (nouveau) Sultan (Mourad III) donna à sa politique un cours différent. La situation des Juifs se détériora en Turquie, et bientôt elle devint aussi dramatique que dans les pays contaminés par l’Inquisition. La plus grande partie de la fortune des Mendez-Nassi fut confisquée ».
Le couple Reyna et Joseph Nassi n'eut pas d'enfant

Doña Gracia est idolâtrée par les descendants de conversos qu'elle a sauvés, vivant à présent dans le sud de l'Italie, en Amérique centrale, en Amérique du Sud et aux États-Unis.

L'érudit contemporain de Gracia, Rabbi Isaac Abouhav, écrivit à son sujet :

« Quiconque entreprend de raconter les nobles actions et les rares vertus de Doña Gracia devra écrire des volumes s’il veut lui rendre justice. »
En 1992, un timbre israélien montre un portrait de Dona Gracia tiré d'une médaille qui avait été frappée à Ferrare vers 1551. Y figure un dessin de Tibériade inspiré d'une lithographie de 1681 de l'artiste néerlandais Cornelis de Bruijn 1681.
Il y est écrit : « Voici la femme qui t’aida… au temps de ta détresse » (vers du poète marrane portugais du XVIIIe siècle Shmouel Usqui )

Français