Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

FRANCE

Le maire de Sarcelles, Patrick Haddad, appelle à "réparer la République"

En matière de défense de la République, de lutte contre le racisme et l’antisémitisme ou de dénonciation de l’islamisme radical, nous avons droit à une profusion d’ouvrages et d’articles ni tous fins, ni tous fameux. Pour être entendu, le ton est volontiers clivant, la littérature anxiogène.

Affaire Sarah Halimi : autopsie d’un « déni »

Beaucoup de choses ont été dites et écrites depuis que, le 4 avril 2017 au petit matin (vers 5 h 30), le corps de cette femme, encore vivante, de 65 ans, a été jeté, depuis le balcon de son appartement au 3ème étage d’un quartier populaire parisien, par un individu, Kobili Traoré, qui s’était introduit chez elle en escaladant la balustrade depuis l’appartement voisin (celui des Diarra) où il s’était maintenu en s’emparant des clés de la porte d’entrée.

L’AGRESSION DU JEUNE ISRAÉLIEN MONTRE À QUEL POINT NOTRE SOCIÉTÉ EST RONGÉE PAR LA HAINE D'ISRAËL, par Gil Taïeb 

Cette semaine, dans le métro parisien, un jeune israélien a été agressé violemment alors qu’il laissait un message en hébreu à son père. Cette nouvelle agression n’est pas un simple fait divers mais le témoin de la violence qui règne dans notre société.

Musulman fervent, je soutiens Zemmour ... sans lui signer de chèque en blanc

Eric Zemmour a raison de déclarer incompatibles l’islam et les valeurs françaises. Enfermée dans le déni, la meute de ses censeurs ne lui pardonne pas son courage, son érudition et sa lucidité.  Mais ce brillant esprit s’égare lorsqu’il nie l’existence de musulmans français prêts au sacrifice suprême pour leur nouvelle patrie. Un patriote français peut s’appeler Mamadou, Zyed ou Rachida.

Hassan II, aurait financé la campagne électorale de Jacques Chirac

Dix ans après sa parution, l’ombre de « Notre ami le roi », le best-seller de Gilles Perrault, continuait à peser sur la monarchie marocaine. Sa publication en 1990 avait déclenché un tsunami politique et médiatique aussi bien au Maroc qu’en France, où Hassan II comptait de solides amitiés.