Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

TUNISIE

La Tunisie retire le film «Mort sur le Nil» de ses salles de cinéma

Les salles de cinéma projetaient le film depuis le 9 février mais, à la suite de protestations, le ministère et l’autorité chargée des arts visuels avaient convenu de l’interdire. « L’actrice principale du film est israélienne, a été formée dans l’armée (israélienne) et soutient la colonisation du territoire palestinien », a déclaré Kaouther Saida Chebbi, responsable d’un mouvement féminin antisioniste.

LES CIMETIERES ISRAELITES DE TUNIS, de l’Avenue de Londres au Borgel par Albert MAAREK et Marc FELLOUS

Ce Cimetière se présentait sous la forme d’un immense quadrilatère de 65 000 m² , situé au centre-ville de Tunis ; il était divisé entre partie « grana » et partie « touansa » et on y venait régulièrement honorer les tombes de Grands Rabbins célèbres. La tradition rapporte qu’il avait été acheté en plusieurs lots, au cours des siècles, par la Communauté israélite de la capitale.

Djerba l’ibadite

Ni sunnites ni chiites, les ibadites sont quelque deux millions de personnes — à peine 1 % des musulmans — dispersés dans trois régions du Maghreb et au sultanat d’Oman. La communauté de Djerba en particulier revendique en toute discrétion un rôle dans une meilleure compréhension de l’islam, en promouvant pacifisme et tolérance, contre certaines dérives violentes.

La Tunisie et la Palestine, du réalisme de Bourguiba au dogmatisme de Saïed

N’est-il pas dommage de voir la Tunisie se contenter aujourd’hui d’un rôle subalterne sur la question du Moyen-Orient, en raison de la rigidité et au dogmatisme doctrinaires de Kaïs Saïed, alors qu’elle y avait joué, auparavant, un rôle d’avant-garde, grâce au réalisme et à la clairvoyance diplomatiques de Habib Bourguiba ?