Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

SOUVENIRS

Le café et les religions, par Monique Zetlaoui

Sa consommation, relativement récente dans l’histoire de l’humanité, laisse supposer qu’il ne fit l’objet d’aucun débat religieux ni d’aucune prohibition d’autant que, si l’on en croit les légendes, sa diffusion doit beaucoup à des confréries religieuses. Et pourtant, il déchaîna les passions et souleva autant d’enthousiasme que de rejet dans les corps religieux.

LE LYCEE CARNOT, par Philippe Seguin

Regardez les noms derrière n'importe quelle photo de classe du lycée: vous avez des Français, des Siciliens, des juifs, des Arabes, des Maltais... Aujourd'hui, cette relation entre gens issus de ces lycées va au-delà de tous les clivages nationaux, religieux, politiques; nous partageons des souvenirs et des références qui peuvent être qualifiés de mêmes valeurs'.

Exprimer votre histoire : 6 conseils pour la partager avec le monde

Vous avez une histoire à raconter et à exprimer mais vous ne savez pas comment bien la partager ? Que vous aimiez écrire ou non, votre histoire ou celle de vos proches, si vous estimez qu’elle le mérite, doit être racontée et publiée. Elle peut aussi être traitée via de l’image ou du son, le format écrit n’est pas le seul moyen pour s’exprimer.

Anciens et Amis du Lycée Carnot de Tunis

En 1894, le Conseil des ministres lui donne le nom de Sadi Carnot pour honorer le président de la République française assassiné. En raison d'effectifs scolaires de plus en plus nombreux, les bâtiments sont agrandis en 1894, 1913, 1925 et 19391. Durant la Seconde Guerre mondiale, le lycée est réquisitionné d'abord par la Kommandantur de l'armée allemande puis, en 1943, par les forces alliées1. Durant cette période, les élèves sont disséminés dans les autres établissements de Tunis.

Israël : les Orientaux, les Ashkénazes, ma mère et moi

Une romancière israélienne livre l’histoire de sa mère, juive marocaine qui a émigré en Israël, où elle a épousé un Ashkénaze. Un récit autobiographique, publié dans Ha’Aretz, qui met en avant le clivage tenace entre Juifs orientaux et occidentaux dans ce pays et les injustices subies par les Mizrahim et autres Juifs considérés comme “d’Orient”.