Pour visiter l'ancienne page d'accueil, CLIQUEZ ICI.

Merci de nous envoyer vos opinions et suggestions en CLIQUANT ICI

Terres promises - Alfonso Campisi - Ilaria, de Favignana à Tunis

Alfonso Campisi est un passionné. L’homme porte, chevillées au coeur, la Sicile, sa terre natale, et la Tunisie, son pays d’adoption. Fondateur d’une chaire universitaire ayant trait à la culture sicilienne, Campisi est un véritable passeur entre deux pays unis et désunis par la trame imperturbable de la grande histoire.

Un nouveau revisionisme : le prix Nobel et les juifs

Dans une lettre ouverte datée du 31 mars, signée par deux scientifiques, Jan C Biro, professeur honoraire à l'Institut Karolinska de Stockholm, et Kevin B. MacDonald, professeur de psychologie à l'Université d'Etat de Californie, un comité agissant sous le nom de "Revision Comity of the Nobel Foundation", dénonce : "The Jewish bias of the Nobel Prize", le "parti pris juif" du prix Nobel.

Savoir étudier le Commentaire de Rachi sur la Torah, par Daniel Toledano

Comme on le sait, il existe quatre niveaux d’interprétation du texte biblique : le pchat, le remez, le drach et le sod. Quatre mots dont les initiales forment miraculeusement le vocable PARDES, le paradis. Le pchat, c’est le sens immédiat, le degré zéro en somme de la lecture. Le remez, c’est l’interprétation allusive. Le drach se veut symbolique. Quant au sod, il renvoie, comme son nom l’indique, au secret.

Le chaos proche-oriental à l’épreuve du coronavirus par Denis Bauchard

La pandémie commence à circuler dès le mois de février, notamment en Iran dont les relations avec la Chine sont étroites. Elle atteint la plupart des pays de la région, mais de façon inégale. Certains sont très affectés, comme l’Iran, la Turquie, l’Egypte, le Liban, Israël, le Yémen. D’autres le sont moins, comme l’Irak, la Syrie et les pays du Golfe.

Le café et les religions, par Monique Zetlaoui

Sa consommation, relativement récente dans l’histoire de l’humanité, laisse supposer qu’il ne fit l’objet d’aucun débat religieux ni d’aucune prohibition d’autant que, si l’on en croit les légendes, sa diffusion doit beaucoup à des confréries religieuses. Et pourtant, il déchaîna les passions et souleva autant d’enthousiasme que de rejet dans les corps religieux.